Discovery of Trisomy 21 – Marthe Gautier vs. Lejeune Foundation – A New Report Published by the Ethics Committee of INSERM

(source: http://www.ds-health.com/trisomy.htm)

The Ethics Committee of the French Institute of Health and Medical Research (INSERM) has published a report about the issue of Trisomy 21 (also known as the disagreement over the discovery of the cause of Down’s syndrome).

After receiving a referral from a group of researchers, the INSERM’s Ethics Committee headed by Prof Hervé Chneiweiss issued, on September 14th 2014, an Opinion explaining the role of Marthe Gautier (89-year old, French pediatric cardiologist and scientist) in the discovery of Trisomy 21.

“The discovery of trisomy could not be made without the essential contributions of Raymond Turpin and Marthe Gautier. It is regrettable that their names were not consistently associated with this discovery in both communication and the attribution of various honors.” – The INSERM’s Ethics Committee

Gautier
The disagreement issue over the discovery of Trisomy 21 erupted again after a disagreement this year at the French Federation of Human Genetics (FFGH). Marthe Gautier (National Order of the French Legion of Honor) was invited on 31th of January 2014 to the 7th Human and Medical Genetics Congress in Bordeaux to receive an award for her contribution to the discovery of Trisomy 21.

Lejeune Foundation (a Down syndrome support organization based in Paris), that attributes this discovery to Jérôme Lejeune (who passed away in 1994), has sent a bailiff (two according to Science) to FFGH in order to record the award ceremony and Gautier’s talk. The organizers decided to call off at the last minute this ceremony.

“Gautier’s talk was canceled just hours in advance, and she received the medal a day later in a small, private ceremony” – Science Feb. 14th 2014 Vol. 343

Elisabeth Pain added :

“After calling off Gautier’s talk and the award ceremony, FFGH issued a statement saying it would have been “unacceptable” to hold the ceremony under the threat of a legal suit. But the federation also said it “bitterly regretted” the cancellation and condemned the use of legal power to put pressure on a scientific meeting” – Science Feb. 14th 2014 Vol. 343

Marthe Gautier accepted the decision of FFGH and wrote in an e-mail to Science that :

“she felt unprepared to deal with what she calls “an aggression.” “To talk under the pressure of justice is not tolerable for me or anyone else.” – Science Feb. 14th 2014 Vol. 343

Earlier this year, Nature News Blog published an article entitled “Down’s syndrome discovery dispute resurfaces in France”, in which Barbara Casassus discussed the disagreement over the discovery of the cause of Down’s syndrome.

“A disagreement over the discovery of the cause of Down’s syndrome has resurfaced in France more than 50 years after the findings were published.” – Nature News – 11 Feb. 2014

Who really discovered Trisomy 21?

We recommend to read the article “Who really discovered trisomy 21? (righting an old wrong) that was published by Rosie Redfield on February 06, 2014 on RRResearch Blog.

The key paper reporting the finding of Trisomy 21 was published in 1959 by the French Academy of Sciences [1]. Lejeune was listed as first author on this publication. Marthe Gautier was listed in the second position, and Raymond Turpin was listed as senior author. Turpin was the director of research group at Trousseau Hospital in Paris where Gautier and Lejeune performed their research.

In 2009, Marthe Gautier and Peter S. Harper published, in the Journal of Human Genetics, “Fiftieth anniversary of trisomy 21: returning to a discovery” [2], in which Gautier gave interesting historical details about this discovery. She also published in MEDECINE/SCIENCES a similar article in French [3].

In both articles, Gautier published a copy of a letter she received from Lejeune when he was in USA (Fig. 2). In this letter, Lejeune refers to the work done by Gautier who showed the existence of 47 chromosomes.

letter
Gautier said in this article:

“The additional chromosome was small, and the laboratory did not have a photomicroscope that would confirm its presence and establish the karyotype. I entrusted the slides to J.L. [Jérome Lejeune], who had the photos taken but did not show them to me; they were, he said, with the Chief and therefore under lock and key. The chromosome appeared to be number 21, but it was not christened as such until the Denver Conference in 1960.7 I am aware of what was said on the side, but I did not have enough experience or authority in this medical world, whose mechanisms I did not yet understand, to deal with it. I was too young to know the rules of the game. Kept apart, I had no idea why they did not publish earlier. Only later did I understand that J.L., anxious and inexperienced with cultures, feared an artefact that might wreck his career, which up until then was nothing special, but would have suddenly become glittering had the results been revealed. I suspected political manoeuvring, and I was not wrong. On the other hand, I had no personal intention of ‘‘exploiting’’ this additional chromosome, my professional life was then working towards the clinic.”

In 2005, Marie-Hélène Couturier-Turpin (Prof Raymond Turpin’s daughter), published in “La Revue du Practicien” her testimony and interesting details about the discovery of trisomy 21 [4].

turpin
Prof Turpin’s service of pediatry at Trousseau Hospital 
Marie-Hélène Couturier-Turpin attributed the discovery of trisomy 21 to Jérome Lejeune, Marthe Gautier and to her father, Prof Raymond Turpin. She wrote:

“In 1958, Jérôme Lejeune, Marthe Gautier, and and himself [Raymond Turpin] discovered an extra chromosome in a karyotype of patients, the first chromosomal aberration identified.”

For French Readers, Sylvestre Huet from the French Newspaper Libération has published today an article in which he discussed the issue of Trisomy 21 as well as the report published by the Ethics Committee of INSERM. Links to further related articles in English or French are provided below.

The Ethics Committee of INSERM has also issued a series of recommendations in order to protect research integrity and ethical conduct of research.

Interesting Feedbacks

We received a number of very interesting feedbacks, including from:

a- The French Academy of Sciences

The French Academy of Sciences kindly confirmed that they never received a request from Dr Gautier to correct her name on the key paper reporting the finding of Trisomy 21 that was published in 1959 by the French Academy of Sciences.

After a phone call with Prof Jean-Yves Chapron from the Academy, we prepared a letter that Dr Marthe Gautier signed and sent to the French Academy of Sciences on 20 July 2015.

b- Dr Marie-Hélène Couturier (Prof Raymond Turpin’s daughter)

In an email we received on October 20th, 2014, Dr Marie-Hélène Couturier kindly commented our article about the issue of Trisomy 21 that she found “very well documented”. She said that the report by the Ethics Committee of the French Institute of Health and Medical Research (INSERM) is very objective to consider regrettable that the names of Raymond Turpin and Marthe Gautier were not consistently associated with this discovery.

“J’ai lu avec attention votre article qui me paraît très bien documenté. Vous relatez l’avis du comité d’éthique de l’INSERM qui, de façon très objective, regrette que les noms de Raymond Turpin et de Marthe Gautier n’aient pas été constamment associés à la découverte de la trisomie 21, vu les contributions essentielles qu’ils ont eues l’un et l’autre.” – Dr Marie-Hélène Couturier –

Which can be translated to:

“I read with interest your article which seems to me very well documented. You present the opinion of the ethics committee of INSERM, which very objectively, regrets that the names of Raymond Turpin and Marthe Gautier were not consistently associated with the discovery of trisomy 21, given the essential contributions they both have made to this work”.

c- Other feedbacks

Other feedbacks and interesting discussions are available on the blog”Redaction Médicale et Scientifique” which is maintained by Prof Hervé Maisonneuve.

Reaction of Lejeune Foundation

(This section has been added on 29 June 2015)

After publication by the INSERM’s Ethics Committee of a report explaining the role of Marthe Gautier in the discovery of Trisomy 21, Lejeune Foundation published a report , entitled “controversy about the discovery of trisomy 21 – elements of response”.

Acknowledgments

The author would like to thank all the scientists who joined the discussions on the Blog “Redaction Médicale et Scientifique” (Prof Hervé Maisonneuve) and posted several interesting references that were added to this page.

References

Related Newspaper/Scientific Blogs articles in French

Related Newspaper /Scientific Blogs articles in English

Wikipedia resources

Interviews / Videos

A translation into French is available here

 


[1] Trisomy image source: http://www.ds-health.com/trisomy.htm
[2] Photo source : Le Monde.
[3] Copy of the Letter of Jérome Lejeune was extracted from the article “Fiftieth anniversary of trisomy 21: returning to a discovery”, published in Human Genetics.

23 Comments

  1. Dear Seraya,
    Thank you for this very well documented article. I read it with great interest and I would like to talk to you about it.
    I am also following you activity on Twitter, excellent job,
    Bravo ! Bravo !Bravo !Bravo !

    Good Luck!
    John

  2. In the comments you deposited on Prof. Maisonneuve’s blog you wrote : “j’ai essayé la semaine dernière de joindre Prof Hervé Chneiweiss (président du comité d’éthique de l’INSERM) pour lui poser quelques questions mais il n’était pas joignable. Je vais essayer de lui écrire. Je recontrerai bientôt Mme Leduc, la présidente du comité d’éthique du CNRS et je vais le demander pourquoi 1) les chercheurs du CNRS ont saisi le comité d’éthique de l’INSERM et pas celui du CNRS (pas vraiment le comité, qui a un rôle de consultation, mais le médiateur) et 2) ce qu’elle pense de l’affaire Gautier.”

    Did you eventually get into contact with Prof Hervé Chneiweiss or with Mme Leduc ?

    Sincerly

  3. Dear Aliboron,

    Thank you for your comment and for continued discussion on this topic. Please accept my apologies for the delay in responding to your message. However, I have responded to your last comment on Prof. Maisonneuve’s blog [1]. First, after I have published this article, I received multiple interesting feedbacks, including from Dr Marthe Gautier, who kindly sent me an email and gave me time to respond to all the questions we have discussed on Prof. Maisonneuve’s blog. I met her several times, she continue to read all the publications/news about the Trisomy 21 issue. She informed me about the report published by Jérôme Lejeune Foundation [2], in which they comment the decision of INSERM. Later, I had a meeting with Prof Leduc, president of the Comets. We have discussed some cases of research fraud. I asked her only one question about the trisomy 21 issue. The question was why researchers from CNRS have sent the case of Lejeune/Gautier to INSERM rather than contacting the CNRS ethics committee. She kindly informed me that the two committies are collaborating on ethics and research integrity issues. In addition, the Ethics Committee of CNRS do not comment or investigate cases of research fraud or authorship issues. In March, I participated with Dr Marthe Gautier to the workshop organized at “Institut Pasteur” for the 30 years of Médecine/Sciences. We met Prof Hervé Chneiweiss but I did not ask him any question about the Trisomy 21 issue because (1) the context was not appropriate to discuss this issue and (2) Dr Gautier had a discussion with him (I think it was the first time they meet each other).
    I also received a phone call from a person from the Academy of Science who kindly tried to explain the origin of error on Gautier’s name (the “h” added to her name on the main publication). It seems that it was an error because the editor of the volume in which was published the trisomy 21 article, is also named Gauthier but with an “h”. The Academy of Science informed me that Dr Marthe Gautier never requested a correction of her name on the paper, this was what she also confirmed when I met her.

    [1] http://goo.gl/zLbuJG

    [2] http://goo.gl/DhlSzS

    Sincerely

    Seraya Maouche (@serayamaouche)
    Ethics & Integrity

    http://ethics-and-integrity.net
    E-mail: contact@ethics-and-integrity.net

    http://blog.ethics-and-integrity.net (English)
    http://fr.blog.ethics-and-integrity.net (French)
    http://de.ethics-and-integrity.net (German)
    http://ar.blog.ethics-and-integrity.net (Arabic)

  4. Thank you for this, developped, answer.

    Respectfully.

  5. Thank you,
    We are going to publish, on next week, on our blog in french (http://fr.blog.ethics-and-integrity.net) a detailed analysis of the case Gautier/Lejeune.

    You will find answer to multiple questions, we have discussed on Prof Maisonneuve’s blog.

    With best regards,

  6. Congratulations for this work. Although my, imperfect, knowledge of the case is much out of my memory I will probably post some comments/questions on several points you exposed.

  7. Bonjour,
    Voici quelques remarques/réactions au sujet de votre texte.
    Le rôle de Marthe Gautier n’a pas été reconnu et Marthe Gautier a été humiliée . C’est évident. Cependant peut-on dire que « Sur ce point, [nous pensons qu’] au nom de l’honnêteté intellectuelle et de l’intégrité scientifique, Jérôme Lejeune aurait dû refuser ce cadeau de son chef de service. » ?
    Marthe Gautier ne se destinait pas à faire carrière dans la recherche, dans ce domaine de recherche : elle l’a écrit récemment et elle l’avait sans doute déjà fait savoir à l’époque. Lejeune par contre ambitionnait de continuer dans cette voie, encouragé apparemment par Turpin. Lejeune, jeune et peu connu, avait besoin d’assoir sa légitimité pour continuer ses recherches, recherches qui se sont montrées fructueuses par la suite. Accepter ainsi de se voir créditer le mérite de la découverte peut ainsi se comprendre (et cela a du se reproduire dans bien d’autres cas !). Au-delà même de la personne de Lejeune, la recherche française pouvait en bénéficier. Cependant, pour que cette altération de l’ordre d’apparition des noms dans cette publication princeps ne signe pas une faute morale, il aurait fallu préalablement obtenir l’accord de Marthe Gautier à ce sujet et lui proposer éventuellement des compensations. Ce qui ne fut manifestement pas le cas.
    Maintenant du machisme. N’est-ce pas plutôt un certain mode de comportement mandarinal qui fut d’abord à l’œuvre ? Si la culture cellulaire avait été opérée par un jeune homme, toutes choses égales par ailleurs, Turpin se serait-il retenu de faire la même proposition à Lejeune ? Je ne le crois pas. Par contre il se serait peut-être senti obligé d’y mettre plus de forme ou de persuasion. Ainsi le machisme ne viendrait ici qu’aggraver une façon d’agir enracinée dans le fonctionnement institutionnel des médecins hospitaliers de l’époque. (N’y a-t-il pas eu un litige comparable entre Tjio et Levan ?)
    Vous relevez l’artifice règlementaire qui a permis à Lejeune d’accéder au professorat en dépit d’un cursus insuffisant. (« Il y avait un texte très ancien qui permettait de nommer professeur quelqu’un qui avait fait une découverte et c’est un texte qui datait de Napoléon III qu’on a exhumé et qui a permis de nommer Jérôme Lejeune premier professeur de génétique en médecine. »). La question qu’il faudrait se poser à ce propos (mais a-t-on les moyens d’y apporter une réponse ?) : la modification de l’ordre des noms a-t-elle été effectuée en vue de faire bénéficier Lejeune de cette disposition [celle-ci quoiqu’ancienne était-elle utilisée à l’époque ?], ou bien Lejeune et Turpin n’ont-ils fait que recueillir la solution inespérée qui les attendait dans un vieux grimoire ? Autrement dit, y a-til eu crime avec préméditation ?

    Il faut saluer votre trouvaille au sujet du « conseil de famille » ! Mais que n’ont-ils parlé alors ces vieux sages !?

    Pour finir- provisoirement-, voici un petit bémol : les communications de la Fondation ou de personnes qui lui sont proches sont assurément marquées de certaines incohérences, erreurs et allégations injustifiées ; mais faut-il pour autant voir le mal partout ? Ainsi plutôt que d’écrire « Présenter Marthe Gautier en tant qu’élève de Raymond Turpin est une falsification de la réalité » n’aurait-il pas été plus adéquat d’écrire « Présenter Marthe Gautier en tant qu’élève de Raymond Turpin est au mieux une erreur (telle qu’ il peut s’en dire à l’occasion d’un débat), au pire une falsification de la réalité » ?

    Cordialement

  8. Bonjour,
    Je vous remercie de vos commentaires.

    En ce qui concerne “Marthe Gautier ne se destinait pas à faire carrière dans la recherche”, je ne suis pas d’accord parce qu’elle a continué à faire de la recherche pendant plusieurs années après la découverte de la trisomie 21. Ce qu’il faut plutôt dire c’est qu’elle ne s’intéressait pas à la recherche sur les chromosomes.

    ” Lejeune par contre ambitionnait de continuer dans cette voie, encouragé apparemment par Turpin. Lejeune, jeune et peu connu, avait besoin d’assoir sa légitimité pour continuer ses recherches, recherches qui se sont montrées fructueuses par la suite.”
    Je suis d’accord. Le Pr Turpin avait besoin d’avoir d’un successeur et un collaborateur pour continuer son programme de recherche qu’il avait lancé pour étudier le mongolisme.

    “Au-delà même de la personne de Lejeune, la recherche française pouvait en bénéficier.”

    Oui, de la même manière la recherche anglaise a aussi bénéficié de la découverte de la structure de l’ADN mais cela n’empêche pas qu’un scandale a été inscrit dans l’histoire de la génétique (affaire Rosalind Franklin). La recherche doit respecter les règles de l’éthique et les résultats doivent être attribués au scientifique qui a fait l’effort et non pas à un scientifique qui veut seulement réussir sa carrière.

    Oui “il aurait fallu préalablement obtenir l’accord de Marthe Gautier à ce sujet et lui proposer éventuellement des compensations.” et surtout partager avec elle les prix. N’oublions pas que Lejeune a eu le poste de Professeur de génétique avec cette découverte.

    Vous avez raison sur “ainsi le machisme ne viendrait ici qu’aggraver une façon d’agir enracinée dans le fonctionnement institutionnel des médecins hospitaliers de l’époque. (N’y a-t-il pas eu un litige comparable entre Tjio et Levan ?)” J’ai voulu écrire sur cet aspect pour dire que, peut être, le comportement du Pr Turpin n’était pas que du machisme mais il y avait aussi un intérêt et le besoin de créer une Chaire de la génétique, etc. Cependant, comment expliquer qu’à l’époque des professeurs hommes se comportaient autrement. Par exemple, le Pr Debré qui a choisi Marthe Gautier pour l’envoyer à Harvard.

    En ce qui concerne cette question intéressante :
    “Vous relevez l’artifice règlementaire qui a permis à Lejeune d’accéder au professorat en dépit d’un cursus insuffisant. (« Il y avait un texte très ancien qui permettait de nommer professeur quelqu’un qui avait fait une découverte et c’est un texte qui datait de Napoléon III qu’on a exhumé et qui a permis de nommer Jérôme Lejeune premier professeur de génétique en médecine. »). La question qu’il faudrait se poser à ce propos (mais a-t-on les moyens d’y apporter une réponse ?) : la modification de l’ordre des noms a-t-elle été effectuée en vue de faire bénéficier Lejeune de cette disposition [celle-ci quoiqu’ancienne était-elle utilisée à l’époque ?], ou bien Lejeune et Turpin n’ont-ils fait que recueillir la solution inespérée qui les attendait dans un vieux grimoire ? Autrement dit, y a-til eu crime avec préméditation ?

    Après avoir lu votre commentaire, j’ai posé la question à Dr Gautier, elle pense qu’il n’y avait pas de “crime avec préméditation”. Elle pense que les choses se sont déroulées dans l’ordre: signature de la publication ensuite nomination de Lejeune à un poste de professeur.

    Il faut saluer votre trouvaille au sujet du « conseil de famille » ! Mais que n’ont-ils parlé alors ces vieux sages !?
    Ils ont parlé, mais dans un cercle très limité.Je pense qu’à l’époque le comportement du Pr Turpin n’était pas perçu comme une grave erreur.

    « Présenter Marthe Gautier en tant qu’élève de Raymond Turpin est une falsification de la réalité » n’aurait-il pas été plus adéquat d’écrire « Présenter Marthe Gautier en tant qu’élève de Raymond Turpin est au mieux une erreur (telle qu’ il peut s’en dire à l’occasion d’un débat), au pire une falsification de la réalité » ?

    Je comprends votre commentaire mais si vous lisez les 20 pages du rapport de la Fondation et leurs communiqués de presse, vous allez voir qu’il y a vraiment une intention d’humilier Mme Gautier et de la réduire à une “technicienne”. Marthe Gautier n’était pas élève du Pr Turpin, donc c’est une falsification de la réalité de déclarer qu’elle a été l’élève de Turpin pour la mettre au même niveau que Lejeune (lui était l’élève de Pr Turpin).

    Très cordialement,

  9. Bonjour et merci d’avoir si rapidement répondu -et en français- à mon précédent message.

    Qu’il soit inexact et scandaleux de présenter Marthe Gautier comme une technicienne j’en suis d’accord avec vous. Mais je ne comprends pas en quoi le fait de la présenter, à l’occasion d’un débat et de façon incidente, comme élève de Turpin, ce qui est une erreur, puisse vous apparaître comme une falsification ? Si cette erreur n’est pas récurente, et ne donne pas lieu à des sous-entendus oiseux, je n’y vois pas malice. Tout au plus le signe qu’ailleurs, sur ses compétences et son rôle réel, une falsification s’est effectivement opéré.

    Voici d’autres commentaires au sujet de votre texte.

    À propos du paragraphe VII (Jérôme Lejeune avait-il une « carrière peu brillante » avant la découverte de 1959?)
    Vous rappelez à raison qu’il n’était que docteur en médecine (mais ne devrait-on pas rappeler également qu’il passa une thèse de doctorat en Sciences Naturelles, un an après l’épisode examiné, en 1960 ; il faudrait, j’en conviens, examiner les circonstances d’obtention de cette thèse ; mais le fait est là). Et vous appuyez ce rappel en produisant une photographie d’un extrait de la Semaine des Hôpitaux (figure 16). Que ne soulignez-vous pas justement le champ de recherche dans lequel Lejeune a alors travaillé ? L’étude de l’ « énergie ionisante » n’est-elle pas alors un domaine en pleine expansion qui intéresse tout autant la médecine stricto sensu ….que l’industrie et les forces armées ! Les recherches qui y sont menées n’ont-elles pas une relation avec celles conduites dans le champ du handicap néonatal ? À cette époque, en France, il ne devait pas y avoir beaucoup de médecins maitrisant ces questions ! Il me semble que cela mériterait d’être creusé pour mesurer le « poids » effectif de Lejeune quand il intègre l’équipe de Turpin.
    D’ailleurs je viens de recueillir sur le web ce témoignage – qui émane d’un admirateur, c’est le moins qu’on puisse dire, de Lejeune- où l’on lit : « En 1954, il devient membre du bureau de la Société française de génétique et attaché de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique. Depuis les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki, l’effet des radiations nucléaires sur la reproduction humaine est à l’ordre du jour. Turpin oriente son équipe vers ce domaine, et, en 1957, Jérôme est nommé, auprès de l’ONU, «expert sur les effets des radiations atomiques en génétique humaine». Il participe, dès lors, à des congrès internationaux, où il se fait remarquer par sa candide liberté de langage, face à la volonté de domination de certaines délégations. » . Cf http://www.clairval.com/lettres/fr/2007/04/15/6180407.htm [la société française de génétique fut fondée en 1947 par Turpin ; ce dernier en devint président en …1954]
    Je me permets d’interrompre le fil de mon commentaire pour signaler ici que l’intérêt de Lejeune concernant ce que l’on appelait alors encore le mongolisme pourrait avoir été assez précoce ainsi que le suggère cet article d’où j’extrais ceci « Il fait ses études de médecine et passe en 1951 sa thèse intitulée «Contribution à l’étude de la régression de l’indice de masculinité des grossesses multiples» [http://www.eaclf.org/biblio/Les_pionniers.pdf]. Dans le préambule de sa thèse, il remercie bien évidement son professeur, mais aussi deux personnes qualifiées par lui de « ses amis » : le professeur Lechenet et le « docteur Schutzenberger » qui fut son directeur de thèse. Marcel-Paul Schützenberger est un scientifique au parcours singulier. En 1948 il signait d’abord un article avec Turpin (Recherches statistiques sur la distribution du sexe à la naissance. C. R. Acad. Sci. Paris, 226 :1845–1846, 1948. Séance du 31 mai 1948) puis, sur le même sujet, soutenait sa thèse de médecine (Marcel-Paul Sch ützenberger. Contribution à l’ ́étude statistique du sexe a la naissance. Thèse en médecine, Faculté de Médecine de Paris, 1948. 52 pages, soutenue le 2 juillet 1948), thèse que l’Académie de Médecine couronna du prix du Baron Larrey. Sa bibliographie est accessible par le web.
    Sautant provisoirement de nombreux paragraphes de votre texte, j’en viens à la section XIII où vous résumez ainsi le rôle du Pr Lejeune : « Le rôle de Lejeune s’est limité à 1) l’accélération de la collecte des tissus, 2) la production des photos des cultures, 3) la présentation des premiers résultats au Canada et 4) la préparation avec le Pr Turpin de la communication princeps pour l’Académie des Sciences. ». Je voulais confronter ce résumé à une anecdote relevée dans David Wright , Downs: The history of a disability. Page 123 il est écrit que, en l’absence d’incubateur, Lejeune scotchait des tubes à essais contenant les cultures, sur son propre corps afin de les maintenir au chaud : est-ce là légende- qui en dit long sur la relation de paternité à cette découverte – ou bien réalité ? Dans ce dernier cas cela montrerait une proximité du Pr Lejeune avec le quotidien des travaux conduits par Marthe Gautier [aussi bien on pourrait en conclure que le technicien de laboratoire fut Lejeune lui-même ;)] ; Que pourrait en dire Marthe Gautier ?
    Je m’en tiendrais là pour aujourd’hui, en ajoutant toutefois une remarque.
    Remarque : les récits biographiques portant sur le pr. Lejeune signalent son mariage avec Birthe Bringsted en 1952 au Danemark. C’est assez singulier pour l’époque. Cela ne cesse de m’intriguer.

    Cordialement

    • Bonjour,

      Merci de votre commentaire que j’ai partagé avec le Dr Gautier, qui m’a envoyé ses commentaires.

      En ce qui concerne “je ne comprends pas en quoi le fait de la présenter, à l’occasion d’un débat et de façon incidente, comme élève de Turpin, ce qui est une erreur, puisse vous apparaître comme une falsification ?”
      C’est une erreur récurrente et volentaire. L’objectif est de mettre au même niveau Marthe Gautier et Jérôme Lejeune. Ce dernier n’était pas interne ou externe dans le service du Pr Turpin. Marthe Gautier n’a jamais été l’élève de Turpin. Etre l’élève de Turpin change beaucoup de chose, donc c’est très important de présenter exactement la nature des relations Lejeune-Turpin et Gautier-Turpin.

      C’est vrai, je n’ai pas exploré les aspects liés à la thèse de Lejeune. L’objectif a été de répondre à la Fondation qui porte son nom sur les aspects liés à la découverte de la trisomie 21.

      En ce qui concerne l’anecdote relevée dans David Wright, j’en ai parlé avec le Dr Gautier. Elle m’a confirmé que Lejeune n’était ni technicien, ni la personne chargée de ces expériences (il confirme lui-même ne pas connaître les techniques de cultures cellulaires). Marthe Gautier avait deux techniciennes qui ont été impliquées dans ce projet.

      Bien cordialement,

      • Je ne peux qu’être d’accord avec vous lorsque vous écrivez qu’il est important de “de présenter exactement la nature des relations Lejeune-Turpin et Gautier-Turpin”. Qu’à l’occasion d’une conférence et dans le feu de l’action un conférencier ait présenté Marthe Gautier comme une élève de Turpin ne me semblait pas une erreur sur laquelle tirer de notable conclusion. Que cette erreur soit récurrente, comme vous le rappelez, apparaît toutefois, j’en conviens, plus problématique.

  10. In Plagiarism, misrepresentation and exploitation by established professionals: power and tactics”, Brian Martin has : “In some labs, the team leader brings in the money for equipment, salaries and scholarships and in turn expects to be a co-author of most or all papers written, regardless of any contribution to or even familiarity with the work. This practice is widespread despite the efforts of some editors to insist on prerequisites for co-authorship. Targets for exploitation in such circumstances include students, research assistants, postdoctoral fellows, and sometimes even fairly senior scientists. This sort of exploitation is perpetuated by expectations of grant bodies: the chief scientist in applications needs to demonstrate extraordinary productivity. Those who are scrupulously honest and renounce co-authorship when it is not warranted may jeopardize their prospects for grants and thus imperil the careers of others on their teams.

    Spouses, especially wives, can be victims of exploitation, and often they do this willingly. In what has been called the “two-person career,” one partner in a marriage has a position and reputation, while the other partner contributes in many invisible ways (Papanek, 1977). This includes not only household support tasks of cooking, cleaning, and child-rearing, but also significant intellectual contributions including developing research ideas, collecting data, finding references, writing sections of papers, revising drafts, and proofreading. The scale of contributions would in other circumstances warrant co-authorship, but one or both partners avoid such recognition in order to serve the advancement of one of them “. See : http://www.bmartin.cc/pubs/16hai/Martin.html

  11. Bonjour,
    Merci pour ce commentaire très utile. J’écris un livre sur l’effet Mathilda en science. La deuxième partie de votre commentaire est particulièrement très utile.

    Bien cordialement,

  12. Thank you for every other informative web site.Where else may I get that kind of information written in such an ideal method?I have a undertaking that I am just now running on, and I’ve been at the look out for such information.

  13. Keep on writing, great job!

  14. An impressive share! I’ve just forwarded this onto a coworker
    who was doing a little homework on this. And he in fact ordered me breakfast due to the fact that I discovered it for him…
    lol. So allow me to reword this…. Thanks
    for the meal!! But yeah, thanks for spending time
    to talk about this topic here on your site.

  15. After going over a few of the articles on your blog, I really like your way of blogging.
    I added it to my bookmark website list and will be checking back in the near
    future. Please visit my website too and tell me what you think.

  16. Hey very interesting blog!

  17. I for all time emailed tҺis webpage post page to all my associates, as if like to read it afterward my contacts will too.

  18. Because the economy limps forward, credit card companies more and more loosen their lending
    standards.

  19. Thanks for another fantastic article. The place else could anybody get that kind of information in such a perfect means
    of writing? I’ve a presentation subsequent week, and I’m on the look for such info.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Today’s is my Marthe Gautier 91st birthday – Women in STEM

Leave a comment

Your email address will not be published.


*